dimanche 11 juin 2017

Cinéma

Le cinéma semble obéir à des conventions. Dès le début, on sait comment le film va finir. Toute la complexité de l'intrigue cherche simplement à augmenter la satisfaction du spectateur d'avoir eu raison. 

Mais il y a un autre niveau de lecture. Sans cette convention, l'histoire aurait pu mal tourner. Et ce qui aurait pu la faire échouer, c'est "la banalité du mal". C'est à dire nous et nos impulsions ordinaires. Qu'il n'en ait pas été ainsi tient à un miracle, à un moment de grâce. C'est là que l'homme est devenu héros : il a été capable de sortir d'un comportement mécanique.