dimanche 20 août 2017

Maçon

A une époque, j'ai fait beaucoup d'études sur la performance des forces de ventes. C'est un phénomène mystérieux. Les écarts sont quasi infinis : la plupart des gens ne peuvent rien vendre, d'autres font un minimum, certains rapportent énormément. Certes, il existe des "trucs", qui peuvent être compris et appris. Mais le facteur réel de succès n'est pas copiable. C'est identique à ce qui a fait un temps le charme de Bill Clinton. 

D'un autre côté, comme la conduite automobile, il y a certains métiers que presque tout le monde peut pratiquer. Je me demande, lorsque j'observe les médecins généralistes, si ce n'est pas leur cas. Tant ils sont encadrés. Il en est  probablement de même des dirigeants salariés d'entreprise. Cela explique d'ailleurs peut-être pourquoi ils sont aussi protégés : contrairement au commercial, la sélection naturelle ne leur convient pas. 

On en revient peut-être aux idées du philosophe John Dewey. C'est au pied du mur que l'on voit le maçon. C'est par la pratique de "l'expérience", que se forme le talent.