lundi 5 juin 2017

Communication présidentielle

Je me suis interrogé sur la communication présidentielle. En fait, M.Macron semble avoir une vision très personnelle de ce que communiquer signifie. Tout d'abord, il semble prendre à contre-pied les usages. Jusqu'ici la presse faisait la pluie et le beau temps. Si je dénonce un ministre, il tombe, par exemple. Eh bien, M.Macron n'écoute pas la presse. En revanche, il semble écouter les grévistes. Leur fait-il des concessions ? En tout cas, ils sont calmés. Les grévistes, les syndicalistes, oui, la presse, non. 

Ensuite, il écrase la main de Trump, il le ridiculise en écrivant "make our planet great again", il retourne l'argument anglo-saxon utilisé contre la France : fuyez Trump, venez en France, il invite M.Poutine à la Galerie des glaces, il modifie l'actionnariat de STMS... C'est du de Gaulle, mais un de Gaulle qui manifesterait sa différence en se jouant des règles des autres, et non en cherchant à leur imposer les siennes. Des invités de France Info disaient, en substance, "cela est bel et bon, mais nous le jugerons sur ses actes". Pour moi, cela pourrait bien être des actes. Albert Hirschman avait observé que le secret du changement réussi était "a bias for hope". M.Macron fait aussi le diagnostic que ce qui nous manque est la confiance en nous. Il est possible qu'il cherche à la réinstaller. S'il y parvient, il n'aura pas besoin d'agir. Nous aurons pris les devants.