lundi 31 décembre 2012

2012, année Blog

Ce blog a connu des changements, cette année. Il a tenté le cercle du changement. Il a aussi réduit son rythme.

Cercle du changement et suite
En 2012, ce blog s’est ouvert au « Cercle du changement ».
Bon concept, gros enthousiasme. Zéro résultat. Un changement non contrôlé ne donne pas ce que l’on en attend, répètent mes livres. Nous l’avons vérifié. Ainsi que ce que dit Michel Crozier : le « succès est dans l’exécution ». Et c’est le point faible de notre nation.
Mon cas illustre ce phénomène ainsi, dirait Edgar Schein : 1) anxiété d’apprentissage faible : difficile d’écrire des billets originaux et courts, et de le faire régulièrement ; 2) anxiété de survie faible : ce blog m’appartient, il est peu motivant de faire profiter un autre de son génie, et je suis trop intransigeant.
Cependant, l’expérience m’a beaucoup appris. Travailler en groupe, c’est une vague de nouvelles idées ! Grâce à elles 2012 fut limites à la croissance, résilience et environnement. J’ai d’ailleurs un moment envisagé de faire des interviews. Mais je n’ai pas le temps pour cela.
En 2013, nouvelle aventure. Blog système D. Encore en équipe, mais cette fois-ci d’égaux, et avec des vidéos. L’erreur est humaine…


La vie est une réinvention permanente
J’ai réalisé, un jour, que mon temps de blogging était trop important. Je dois gagner ma vie, d’abord. Et ensuite souffler de temps à autre. Et je n’y arrivais plus.
Le plus désagréable dans un blog est Internet et l’informatique. Problèmes techniques horripilants et mouvement brownien de nouvelles et de distractions sans but. Internet est stressant, et me fait perdre du temps. En comparaison, qu’il est agréable de lire, ou de se promener !
Mais j’ai résisté à la tentation de plaquer Internet. Car, il me semble aussi matérialiser le progrès, au sens cheminement de la société. Et parce que si l’on ne veut pas que le changement vous prenne par la gorge, il faut le prendre par la main, comme dit Churchill. D’ailleurs, même s’il m’est désagréable, ce blog a énormément apporté à ma réflexion. Bref, la vie est un combat !

dimanche 30 décembre 2012

2013, crises, cycles et modèles

Quelques idées reviennent régulièrement depuis le début de ce blog. Tout d’abord, c’est un blog de crise. Et la crise est un changement subi qui demande un « dégel » douloureux de nos certitudes. Ensuite, que le monde passe régulièrement du Yang au Yin, et inversement. Autrement dit après une phase macho et libérale, la société et ses valeurs reviennent en force. Enfin, que j’ai toujours tort. Petit à petit ce blog en arrive à des modélisations simples de l’évolution des choses.
  • Notre cycle libéral ressemble à celui qu’a connu le 19ème siècle. Un afflux de main d’œuvre permet à certains une accumulation de capital. Ce capital concentré permet d'innover. Jusqu’à ce que le déséquilibre d'accumulation provoque une crise (un demi-siècle de guerres, la dernière fois). D'où replâtrage = systèmes de solidarité. Le plus amusant, peut-être, est de voir apparaître régulièrement les mêmes idées. Comme au 19ème, nous découvrons que ce qui nous semblait simple bon sens était manipulation, qui voulait donner une preuve « scientifique » de ce que le riche devait être riche. Pour connaître la réussite littéraire, il suffit de dépoussiérer les succès de la fin du 19ème.
  • Le modèle anglo-saxon pourrait être celui de la piraterie. Un groupe d’hommes se met d’accord, par un contrat plus ou moins explicite, pour exploiter un filon. Organisation naturellement démocratique. Une fois le filon mis à jour, il peut-être exploité par un monopole bureaucratique. D’où une dialectique adhocracie (pirate) / monopole, bien connue des livres de management. Ce dispositif conduirait, comme en Grèce, à deux classes : hommes libres (philosophes) / esclaves.
  • Le modèle naturel de la France, serait-ce la République ? L’économie sociale ? La République n’a rien à voir avec la démocratie, qui est une assemblée libertaire refusant l’existence même de la société. La République, au contraire, est dirigée par l’intérêt général. C’est un dispositif qui permet à des individus égaux de vivre libres. Notre histoire depuis les Lumières pourrait être le changement que réclame ce modèle. C'est-à-dire une répartition égalitaire de lacapacité de penser. Le changement aura réussi, lorsque les institutions de la 3ème République pourront fonctionner, sans instabilités. Et que l’on pourra jeter le despotisme éclairé de la 5ème.
  • N’est-ce pas la capacité de fascination que suscitent ces modèles qui leur fournit leur énergie ? L’esclave anglo-saxon veut devenir maître, et ses efforts démesurés font fonctionner la société, et permettent l’oisiveté de la classe dominante. (Cf. l’histoire de la City.) De même, en France, c’est le provincial (avant guerre) et l’immigré qui veulent s’intégrer à l’élite nationale qui donnent à celle-ci les moyens de ses désirs. Mais, un modèle social qui repose sur l’exploitation de l’homme par l’homme est-il durable ? 
  • Un modèle qui pourrait expliquer tous les autres... La vie serait le triomphe de la complexité sur la concurrence parfaite, qui ne laisse émerger que des clones identiques. Cette complexité serait forcée à l'innovation par l'attaque de parasites simplistes (virus notamment). Retour au Yin et au Yang ? A la lutte éternelle entre la société, raffinée et sophistiquée, et l'individualisme, à intellect restreint ?

Pythagore

Je lisais un texte sur Pythagore et son théorème, et je me suis demandé comment il se démontrait géométriquement. A ma grande surprise je me suis assez vite rendu compte que la démonstration est quasi évidente. (Surprise par rapport à ce qui me reste de capacités intellectuelles, surtout.) Et, d'ailleurs, pas du tout celle que j'attendais.
Si l'on assemble 4 triangles rectangles a, b, c, on forme un carré de côté a + b, avec, en son centre, un autre carré, de côté c. Résultat, la surface du carré extérieur peut se calculer de deux façons : (a + b)² et c² + 4x(ab/2). D'où la formule de Pythagore.

Pourquoi ai-je écrit sur Pythagore ? Parce qu'il me semble montrer que pour résoudre un problème, il faut sortir de la perspective à laquelle il nous invite naturellement. (Dans ce cas, mon attention était concentrée sur un seul triangle.)

samedi 29 décembre 2012

Apocalypse, de notre vivant ?

Cette année j'ai lu pas mal d’ouvrages traitant des « limites à la croissance ». Il en ressort un curieux message. Nous étions plus frugaux de l’environnement il y a 40 ans qu’aujourd’hui. Nous avons vécu depuis une sorte de « gaspillage décomplexé ». L’Amérique en a même fait le fondement sanctifié par Dieu (au moins) de sa culture. Or, comme dans le film « docteur Folamour », à chaque fois que cet idéal est menacé, l’Amérique trouve une pirouette géniale pour prolonger sa course vers Armageddon. Geoengineering, ou gaz de schiste, désormais l'Amérique peut gaspiller sans demander rien à personne, « biohacking », jouer avec l’ADN pour les nuls, et bien d'autres.

Mais tout n’est pas perdu. L’ethnologie constate que chacun dans une société a une « fonction » qui sert un « principe » directeur. Sous cet angle, on pourrait penser que le principe de notre société est le progrès (ou quelque chose d’approchant) et que la fonction de la gestion du risque est de nous le faire accepter. Et ce afin que ceux qui nourrissent le progrès puissent travailler sans conscience. L’idéal de l’irresponsabilité en affaires est d’ailleurs clamé haut et fort aux USA. Quant à l’intellectuel, non seulement il ne défend pas la société, mais il réveille le producteur qui, fortune faite, est devenu conservateur. L’intellectuel est l'agent du progrès. Mais les sociétés changent. Apparemment selon le modèle du « dégel » de Kurt Lewin. Quand une société est en crise, commencent à émerger de son inconscient les principes qui guidaient son comportement, sans qu’elle le sache (décongélation). Elle tente ensuite d’autres principes. Et s’ils semblent réussir, ils sont congelés. (L’histoire des derniers siècles de la Chine correspond assez bien à ce schéma.) Je soupçonne que nous décongelons.

Mais pourrons-nous éviter la catastrophe ? Car la notion de « croissance » signifie que le rythme de destruction est exponentiel. Autrement dit, nous ressemblons peut-être à ces personnages de dessin animé qui courent au dessus du vide.

En fait, la lecture des limites à la croissance me fait croire que la croissance, ou du moins notre forme de croissance, sera bloquée avant le cataclysme final. Elle sera victime d’une série de crises. Nous nous adapterons dans le dégel, et la douleur ? Ou nous nous habituerons à la crise, jusqu'à ce qu'elle éclate en plein jour et liquide notre espèce ? A moins que la science ne retrouve une conscience, et qu'elle nous indique une issue de secours ? 

Depardieu ou la révolte d’un être humain ?

Le gouvernement semble avoir cru qu’il ferait de Depardieu un bouc émissaire commode. A-t-il oublié que la France est spontanément du côté de l’opprimé, contre le pouvoir ?
Ce qui me frappe plutôt est que l’on traite maintenant Depardieu de « grand acteur ». Ces derniers temps on en parlait surtout comme d’un alcoolique aux excentricités ridicules. Un bouffon, en somme. Et qui ne faisait plus que de mauvais films. Probablement alimentaires.
Et s’il venait de prendre conscience de ce mépris ? Et s’il découvrait qu’il devait son succès à une intelligentsia, séduite par son extraction populaire, qui lui reproche maintenant d’être sorti de sa condition ? Un prolo qui aurait voulu penser ? Sartre contre Camus, acte 2 ?

vendredi 28 décembre 2012

Solitude

En lisant l’enquête de The Economist sur la France, j’ai compris que je suis exceptionnel. Je suis célibataire, je ne peux pas profiter des aides à la famille ; je suis un entrepreneur indépendant, pas éligible à l’allègement de charges sociales ou au crédit d’impôts ; et j’ai peur des médecins, je ne creuse donc pas le trou de la sécu. C’est pour cela que je n’attends rien de l’Etat, à titre personnel, et que je crois que mon sort est entre mes mains.
Mais, pour une énorme partie de l’électorat, ce n’est pas le cas. Et c’est probablement pour cela que nos gouvernements sont clientélistes.

Pourquoi cela ne donne-t-il pas un avantage définitif à la gauche ? me suis-je ensuite dit. Il y a moins de patrons, intéressés par des allégements fiscaux, que de citoyens qui désirent des aides de l’Etat ! N’était-ce pas l’erreur de Sarko ?
C’est peut-être pour cela que la droite doit aller chercher le vote FN. Au fond ce vote est celui des victimes d’un clientélisme qui a affaibli le pays. A défaut d’argent, elles se paient de belles paroles martiales. L’espoir fait vivre. C’est le clientélisme du perdant.

Décidément, je suis seul.

L’Unesco change le français

La découverte non euclidienne de Janos Bolyai et les géométries plus générales absolues ont changé la pensée et ont ouvert la voie à des théories physiques modernes.
Mais qu’est-ce que cela veut-dire me suis-je demandé, en lisant un placard porté par le mur d’enceinte de l’UNESCO. Heureusement, il y avait un surtitrage en anglais.

Après cela, qui pourra dire que la France a fait de l'UNESCO son cheval de Troie ? Ne serait-elle pas, elle-même, le véhicule de la culture, globale, anglo-saxonne ?

jeudi 27 décembre 2012

Dr Merkel and Mr Krugman

L’Atlantique a ses Charybde et Scylla. Mme Merkel et M.Krugman. L’une nous dit « Arbeit », l’autre, « Keynes ».
  • Pour Paul Krugman, il faut relancer l’économie, la croissance permettra de lever des impôts et de payer nos dettes. La rigueur, c’est l’inverse avec le chaos comme seule issue. Lumineux.
  • Mme Merkel répond que depuis des décennies, nous nous sortons des crises par toujours plus de dettes. Nous ne faisons que déplacer, et amplifier le problème. Nous vivons à crédit en détruisant notre patrimoine. Le succès de l’Allemagne vient, justement, de ce que ses entreprises ont su développer leur avantage concurrentiel. Il suffit, pour s’en convaincre, de comparer constructeurs allemands et français.
La bonne solution ? Entre les deux, dit Aristote. Nous devons nous remettre au boulot. L’ère de la cigale est finie. Mais on aura du mal à repartir, sans entraide. 

Abjecte richesse ?

Il  y a quelques jours, j’ai entendu un extrait des Pieds sur terre de France Culture. Si mes souvenirs sont bons, un dirigeant d’un fonds d’investissement de 6md€ (fermé en 2008), expliquait que la France devait se mettre au travail, que « la fin de la récréation avait été sifflée » ; qu’elle devait comprendre que certains emplois iraient à des pays plus compétitifs ; qu’elle s’abusait en pensant que faire payer les riches la sauverait ; qu’il avait peur pour ses enfants, qui apparemment vivaient dans un ghetto protégé (bientôt le départ ?) ; qu’il préférait la charité à l’impôt ; que d’ailleurs il la pratiquait en dormant à l’église avec des SDF et en participant à des dîners de bienfaisance préparés par des chefs à 3 étoiles ; que la religion catholique s’opposait à l’intérêt à court terme, mais pas au profit à long terme (c'est-à-dire à 5 ou 10 ans)…

Le libéralisme anglo-saxon caricaturé par quelqu’un qui n’a rien des idéaux américains ? Serait-ce que l’on appelle un collabo ?

Ce fonds a vécu pendant une période spéculative. Ce qui signifie qu’il n’a probablement rien apporté au monde, mais plus probablement abusé de l’irrationalité ambiante pour s’enrichir colossalement. Et ce en compromettant la viabilité de quelques entreprises. (Un tel fonds touche 20% des plus values qu’il fait gagner, normalement de l’ordre de 20% par an, plus de l’ordre de 3%, soit 180m€ par an, de frais de fonctionnement, et ce pour rémunérer quelques associés.) Comment peut-on traiter les Français d’assistés, dans ces conditions ?

Il y a pire. L’assassinat de l’honnêteté intellectuelle, et de la religion catholique, pour s’acheter une bonne conscience. Mais ce qui passe le plus mal est peut-être l’épisode du trois étoiles. Coup de pied de l'âne ? Cette classe d’oligarques à la russe a développé une forme de culture du bling bling, qu’elle croit de la dernière distinction. Ses 4x4 et ses Rolex prétendent remplacer le monde de Proust. Le LVMH des Champs Elysées est son navire amiral. 

mercredi 26 décembre 2012

Tobie Nathan et la crise chronique

Tobie Nathan sur France Culture. Il pense que, faute d’avoir le courage d’affronter une crise qui nettoierait tout, la crise va devenir chronique. Ce serait la nouvelle logique de l’économie : on ne soigne plus, on met l’individu sous traitement permanent. Logique assurancielle, aussi, qui atténue la perception du risque. Malheureusement, en déplaçant le risque, on ne l’élimine pas, on l’amplifie.

Cela rejoint ce que dit Jean-Baptiste Fressoz, en ce qui concerne, plus généralement, la marche du progrès, qui n’a fait que nous en masquer les risques (et enrichir les assurances). Et une de mes idées, tirées des limites à la croissance : un avenir probable est une série de crises. Mais je n’en avais pas tiré toutes les conséquences possibles.
C'est le printemps ! En attendant l'apocalypse.
D’un autre côté, la guerre de 40 a été une crise, et elle n’a rien résolu. Peut-être faut-il inventer autre chose que la crise ? Au travail, Tobie Nathan ?

L’entreprise comme bateau pirate



Un ami me dit vouloir créer, avec  un associé, une entreprise humaniste.
Je lui réponds que ma vieille expérience me laisse croire que c’est la recette du désastre. Et du désastre français. Le Français mélange l’égo avec les affaires. Il demande à son entreprise de lui apporter l’affection qu’il n’a pas eue, la reconnaissance de son génie qu’il ne trouve pas dans la société. Et cela justement parce qu’elle est faite de gens comme lui. Il ne crée donc pas une PME, mais une secte. Or, une secte ne peut pas avoir deux gourous.

La start up américaine, quant à elle, est un bateau pirate. On n’y vient pas satisfaire son égo, mais faire fortune, en nettoyant, vite et bien, une « opportunité ». Mais son équipage n'est pas un ramassis d’anarchistes. C’est surtout une assemblée de professionnels. Chacun y a un rôle bien défini, dont les autres ont besoin. C’est pour cela qu’il n’y a pas de conflit. Du moins tant qu’il y a du butin. 

Fonds d’investissement, mode d’emploi

Curieusement, le fonctionnement des fonds d’investissement est peu connu en France.
Par nature, le fonds cherche les défaillances du marché. Par exemple, un enchevêtrement actionnarial complexe (cf. Eutelsat), ou un organisme jusque là sans but lucratif. Le fonds y entre pour pas cher, dénoue le système de gouvernance, et revend très cher. (Autre exemple : Jimmy Goldsmith est célèbre pour avoir acheté des entreprises qui possédaient des forêts auxquelles les règles comptables américaines avaient ôté toute valeur.) Ce faisant on en arrive vite à des manœuvres que The Economist réprouve. Effets de levier à court terme, qui empilent des dettes et liquident tout investissement sont les procédés les plus honnêtes de l’arsenal du fonds. L’entreprise est saignée à blanc. Le pire, peut-être, est atteint lorsque le management du fonds, pris d’impatience, décide de diriger l’entreprise acquise. Non seulement il a peu de temps à lui consacrer, mais, surtout, il impose les règles simplistes du monde de la finance à une complexité qu’il ne comprend pas.

Les fonds d'investissement sont-ils nocifs par nature ? Peut-être le sont-ils devenus du fait d'un afflux d'argent (cf. les fonds de retraite) qui en a crée un grand nombre. De ce fait, ils ont été victimes d'un phénomène de rendement décroissant. Surtout, ils ont recruté beaucoup de gens (des surdiplômés) qui n'avaient pas l'expérience et l'état d'esprit requis pour ce type de travail. 

mardi 25 décembre 2012

USA : the wild bunch ?


Retour au massacre de Newtown. J’y ai vu une caractéristique américaine : l’homme contre la société. Depuis je me suis souvenu du film The wild bunch. Il commence et se termine de la même façon. Au début des termites affrontent des fourmis, à la fin, une poignée d’Américains mitraille une nuée de Mexicains. Dans les deux cas, l’individu succombe sous la masse.

Ce fantasme peut se lire de deux façons. La peur de l’individu d’être asservi. Mais aussi sa volonté de soumettre la société à son bon plaisir.

Une autre chose m’a frappé. Ceux qui massacrent et les héros de The wild bunch sont généralement extrêmement limités intellectuellement. (A l’image du Stallone des Guignols de l’info, ou de Ronald Reagan, président vénéré.) Ce qui m’amène à me demander si ce que ces gens trouvent menaçant dans la société, et ailleurs, ce n’est pas justement sa complexité. La complexité serait le mal, et le bien les idées simplistes du QI réduit ?

Bérézina d’un de mes traits de génie ! J’ai cru que l’on pourrait guérir l’homme de l’intolérance, en lui montrant que son prochain n’était ni bien ni mal, mais respectable, car, justement, complexe. 

lundi 24 décembre 2012

2013 (et quelques suivantes), année système D

Curieux que l’on ne parle pas de ses grandes entreprises. Or, leurs difficultés racontent une toute autre histoire que celle du « choc de compétitivité ».

L’automobile, dont nous avons été un des pionniers mondiaux, pourrait bien être rayée de notre territoire. Alcatel est à la limite du dépôt de bilan. Air France et Veolia sont-ils en très bonne santé ? Quid de l’industrie des télécoms, depuis la quasi faillite de FT : dynamique et conquérante ? Et l’assurance ? Et Carrefour ?...

Avez-vous envie d’acheter une voiture française ? Ces entreprises internationales, pour la plupart, ont mal fait leur métier. Et pour une raison qui paraît bien être un vent de folie libérale. Autrement dit, croire que l’on pouvait dépenser sans créer. N’est-ce pas ainsi qu’il faut lire le succès des déréglementations des années 90 (FT ? SFR ?...) ? La stratégie d’Alcatel ? Et celle de Carrefour, miné par des activistes ?...  D’ailleurs, si elles tiennent encore, est-ce en dépit de la France, ou grâce à elle ? Ne se nourrissent-elles pas quelque peu de leur monopole local ? Ne peuvent-elles pas compter sur notre gouvernement en cas de faillite ? La France n’est pas une exception : comme ailleurs, les bénéfices y ont été privatisés, et les pertes socialisées. D’ailleurs, l’Etat fut aussi victime de l’irrationnelle exubérance du moment. Il a dépensé sans compter.

Morale de l’histoire ? « Travaillez, prenez de la peine… ». La Fontaine plutôt que Gallois. La formule miracle, c'est fini. On va devoir reconstruire ce que l’on a, mais sans moyens. Avec la menace permanente de l’effondrement d’une multinationale, et de sa récupération par l’Etat. Avec dégradation corrélative de ses comptes. Et accélération du cercle vicieux de la rigueur.

Bref, il va falloir faire des exploits avec des bouts de ficelles. Après le libéralisme anglo-saxon, le système D français ?

dimanche 23 décembre 2012

Individualisme et totalitarisme

Une amie, pourtant militante de la cause de la femme entrepreneur, me dit sa lassitude d’un égalitarisme à outrance. Maintenant il faut partout autant d’hommes que de femmes. Et ce par décret. Et notre liberté là-dedans ?
Et si, de même que la piraterie est le pendant du monopole bureaucratique, le totalitarisme était celui de l’individualisme ? L’affirmation de soi conduit au mépris du reste de l’humanité ? Donc à vouloir lui imposer ce que l’on croit être le bien ?

samedi 22 décembre 2012

Tapie, maire de Marseille ?

On dit qu’Internet a tué la presse papier. Et pourtant, elle ne manque pas de repreneurs. Le complexe Citizen Kane ?

La dernière acquisition de Bernard Tapie aurait un objet plus immédiat qu’une simple volonté d’influence. Il voudrait utiliser ses journaux pour prendre la mairie de Marseille

Triste télé, triste marché ?

« La raison d’être de la télévision est de vous rendre mécontent de votre existence, afin que vous achetiez plus » dit un article qui explique ce qu’il faut faire pour être heureux. (Dans ce cas, fermer sa télévision.)
Un autre article conseille aux dirigeants de ne pas céder aux dernières modes (big data, QR code…). Elles ne résistent pas à l’analyse.
Curieux. La victoire de l’économie de marché devait être celle de la liberté. Aurait-elle été celle de la défiance ? 

vendredi 21 décembre 2012

Pourquoi le Français est-il hargneux ?

L’histoire se passe il y a quelques années. Je viens d’arriver dans une ville de province. J’entre dans un supermarché. J’entends que l’on m’insulte ! Je regarde autour de moi. Un homme, son épouse à ses côtés, essaie de relever un autre homme, apparemment âgé. Il semble avoir glissé en descendant un escalier.  Le premier me dit, sur un ton désagréable, que je suis « jeune » (!) et que j’aurais dû aider la personne en question. Je lui tends donc le bras, et il se remet sur ses jambes. Grand homme digne et distingué. Pas très âgé, finalement. Un peu embarrassé. Nous échangeons quelques paroles, faisons quelques pas ensemble, puis poursuivons chacun nos courses de notre côté.

Faut-il voir dans cette histoire une métaphore d’une de nos caractéristiques culturelles les plus remarquables ? Je me demande si notre particularité n’est pas d’avoir de nobles principes, que nous sommes incapables de mettre en œuvre. Pour ne pas déchoir à nos propres yeux, nous avons besoin de victimes. Ne serait-ce pas pour cela qu’il y a eu autant de dénonciations pendant la seconde guerre ? Nous ne supportions pas qu’il puisse y avoir des gens qui fassent ce que nous aurions dû faire ? Ou nous supposions que ces gens ne pouvaient faire que ce que nous aurions fait à leur place ?

jeudi 20 décembre 2012

Obama la vengeance ?

Barack Obama aurait-il pris la mesure (les mesures ?) de ses adversaires ? Négociations du précipice budgétaire. Obama le solitaire serait en position de force. Et voudrait donner une leçon aux Républicains. Quant au Moyen-Orient, il laisse apparemment venir les événements.
Heure des règlements de compte ? Les gouvernements européens, anglais en particulier, cherchent à faire payer les multinationales (Starbucks, Google, Amazon…) qui évitent leurs impôts en empruntant des paradis fiscaux.

L’obésité gagne le monde. Cause ? Principalement la pauvreté. Elle pourrait faire la fortune de l’industrie pharmaceutique. D’ailleurs, il faut s’habituer à la crise, elle va durer. Plus d’inégalités, de pauvres, et de vieux. Faisons contre mauvaise fortune bon cœur : tirons en parti. Comment ? regarder du côté des pays émergents pour les copier. Ils ont cherché à réinventer ce que les riches avaient pour que les pauvres y aient accès. Et penser aux nouvelles technologies. Et ne pas oublier que, par conséquent, les entreprises des pays émergents ont une longueur d’avance en ce qui concerne ce nouveau marché. Autre Far west pour le capitalisme, selon The Economist : le financement des entreprises européennes va passer des banques aux marchésfinanciers. Gros dangers en perspective, selon moi. Comme pour tout changement incontrôlé.

Internet. Une nouvelle technique, SDN, qui utiliserait des programmes pour le routage d’Internet, menacerait l’équipement traditionnel. Par ailleurs des sociétés proposent des casiers à données personnelles (factures…) que nous pourrions utiliser dans nos transactions avec les boutiquiers.
Bonne nouvelle pour la fin, avoir les enfants augmenterait l’espérance de vie. 

Pourquoi ce blog ?

Pourquoi écris-tu tant de billets ? me demande ma mère. Mais je n’en écris pas tant que cela. J’ai même divisé mon rythme par trois depuis le début de l’année !
Au fond, ce sont mes étudiants qui me connaissent le mieux. J’avais à peine entamé mes cours, qu’ils me disaient que je faisais du « storytelling ». Eh oui, j’aime raconter des histoires. Et j’ai toujours été comme cela. Et ce blog et le changement ne sont que des excuses pour faire ce qui me plaît. 

mercredi 19 décembre 2012

Hypocrite religion ?

Intérêt récent de la science pour la méditation. On découvre que c’est une source d’émotions extraordinairement bénéfiques. Elles rendent le corps fort.
Les religieux sont donc des imposteurs ! Car, ils prétendent faire notre bien. Or, au moins pour les catholiques, ils n’arrêtent pas de nous pourrir la vie en parlant de repentance et de fautes, alors qu’eux mêmes connaissent le nirvana ! (L’intellectuel de gauche s’y est d’ailleurs mis.)
Le bon religieux est celui qui vit son extase en solitaire ? Au moins, il a l’honnêteté de son égoïsme ?

mardi 18 décembre 2012

Mon cerveau m'étonne

Je me réveille dans une illumination « upstart veut dire parvenu ». Quel intérêt de faire ce genre de recherche dans son sommeil ? D’ailleurs ce qui me semblait évident dans mon rêve ne l’était plus en me réveillant. Or, j'ai vérifié, upstart veut réellement dire parvenu !
Plus étrange : où ai-je bien pu voir upstart ? Peut être dans The Economist. Cela ressemble au type de vocabulaire qu’il affectionne.
Je me suis demandé si le cerveau ne mettait pas en réserve les mots inconnus pour les relier au contexte auquel ils étaient associés. Mon cerveau a dû se rendre compte qu’en rapprochant français et anglais, upstart s’apparentait à parvenu. Et ce type d’association a l’air de se faire la nuit.

L’anglais a sur moi un autre effet bizarre. Il m’arrive d’écrire des phrases que je ne comprends pas. Je ne comprends pas non plus les Anglais, ce qui me laisse penser que ce que j’écris est correct. Ce que confirme d’ailleurs le dictionnaire.
En tout cas, je n’explique pas ce phénomène. Il doit venir du fait que je comprends le sens global d’un texte, sans aller chercher le sens spécifique de ses mots. Ceux-ci sont emmagasinés et prennent leur signification plus tard, par association. Ce qui demeure mystérieux est qu’il y a un « je » qui ne semble pas avoir accès à ce savoir. L’Anglais lui demeure étranger…

lundi 17 décembre 2012

La prochaine crise européenne est annoncée

Intéressant article de The Economist. En Europe les entreprises sont financées par les banques. Or, de nouvelles réglementations vont rendre ce financement difficile, parfois impossible.
Le changement annoncé est monstrueux. La réglementation européenne ressemblerait à celle des USA des années 30. Les banques financent la dette d’entreprise à 30% là-bas, contre 90% en zone euro !

Que va-t-il arriver ? Les banques pourraient organiser des emprunts pour les (grandes) entreprises. Elles empocheraient ainsi des bénéfices sans risque, celui-ci étant pris par le prêteur. Essentiellement des compagnies d’assurance et des fonds de pension (cf. les assurances vie, en France). Les dettes des petites sociétés pourraient être titrisées, façon subprime. Des plates-formes d’échange électroniques pourraient aussi mettre en relation ceux qui ont de l’argent avec ceux qui en cherchent. En résumé, les marchés vont remplacer les banques.

Nouveau Far West
Tout est prêt pour un nouveau Warburg, et pour un renouveau de la City, dont le métier est l’organisation de syndicats pour la levée emprunts internationaux. Bonne nouvelle aussi pour les intermédiaires de type Rothschild et pour les organismes financiers américains, qui ont de l’expérience dans le domaine ?
Thomas Watson, d'IBM
Et peut-être pour d’autres. Cette situation a fait la fortune de Watson, le fondateur d’IBM. On était alors dans les années 30, ses clients n’ayant pas les moyens d’emprunter, il est parvenu à leur louer son matériel. C’était un exploit puisqu’il avait les mêmes problèmes qu’eux. Mais, du coup, aucun concurrent ne pouvait se mesurer à lui. Même après la crise. Un demi-siècle de monopole s’ensuivit.

Quant aux dangers pour la société, ils semblent colossaux. Aujourd’hui les banques exercent un contrôle sur l’entreprise. Ce contrôle est direct, social, il agit sur le comportement même de l’entrepreneur. Il ne peut pas être remplacé par une réglementation, facilement contournable, ou par des agences de notation (cf. le précédent des subprimes). Or, cette transformation arrive au moment où l’aléa moral pourrait atteindre un sommet. Car  les assurances cherchent désespérément à relever la rentabilité de leurs placements et l’on ne sait pas comment payer les vagues de retraités qui s’annoncent. Aléa d’autant plus imparable que la zone euro n’est pas homogène, mais dépend pour son financement d’autres nations qu’elle ne peut pas contrôler ? Et si les marchés de capitaux sur lesquels elle emprunte, et où sont placés ses économies étaient hors d’Europe, par exemple à Londres ?

Comment contrôler le changement ?
L’aléa moral étant plus fort que tout. Eviter un cataclysme est illusoire. Quelques idées à titre d’exercice intellectuel :
Le nœud de la question est le contrôle de terrain. Qui peut contrôler la gestion de l’entreprise ? La grande entreprise pourrait s’occuper des finances de ses sous-traitants. C’est en fait déjà le cas. En effet, la survie du fournisseur dépend massivement des délais de paiement du donneur d’ordre, et les conditions de paiement que peut faire le fournisseur au donneur d’ordre dépendent de sa capacité à emprunter (nulle aujourd’hui). Mais qui peut contrôler la grande entreprise, et éviter qu’elle ne se transforme en ENRON ?
Il y aurait aussi sûrement de la place pour des mécanismes d’autocontrôle d’un groupe d’entrepreneurs (type coopérative).
Finalement, le risque sera d’autant plus faible que l'autofinancement se développera. 

Nos hommes politiques ont-ils changé de nature ?

Un ami me raconte sa rencontre avec un ancien Président de la République. C’est curieux mais tout ce que l’on me dit des politiques m’amène à la même conclusion.
Nos anciens politiques suscitaient souvent la haine, mais ils conservaient quelque chose de respectable. Pour une raison que j’ai du mal à comprendre, ce n’est plus le cas pour nos deux derniers présidents. Ni pour les candidats UMP, d’ailleurs. Le phénomène n’a pas atteint les extrêmes, ni des gens comme M.Juppé et Mme Aubry. Pourquoi ?
M.Hollande semblait penser que la fonction de président transformerait le regard que l’on portait sur lui. Ça n’a pas été le cas. Pas plus que cela ne l’a été pour M.Sarkozy.
Seule hypothèse qui a réussi à émerger : et si ce qui fait l’homme respectable était ses principes ? Quelque chose qui est plus grand que lui, qui a une dimension sociale, qu’il ne pliera jamais à ses intérêts ? L’égoïste est méprisable ?

dimanche 16 décembre 2012

Neocon Depardieu ?

Gérard Depardieu semble illustrer une des grandes idées de ces dernières années. Il ne doit rien à la France. L’argent qu’il a gagné est à lui. L’impôt, c’est le vol. C’est le principe du néoconservatisme américain. 

Les valseuses, en anglais.
Question difficile à trancher : qu’est-ce qui est à lui, qu’est-ce qui est au pays ? Aurait-il réussi à l’étranger ? Avons-nous fait le succès d’un Depardieu milliardaire, ou d’un Depardieu libertaire ?

Tuerie de Newtown: l’Amérique massacre ses enfants

Le massacre d’école est un rite américain. Ce matin un chercheur américain expliquait à France Culture pourquoi il était consubstantiel à la société américaine. Son principe premier est l’individu contre l’Etat. Il doit être armé pour se défendre. A partir de là tout peut arriver.
Peacemaker
Conséquence logique : pour éviter de tels drames, il faut armer les écoles. D'ailleurs, le tueur n'est-il pas aussi un bon Américain, n’illustre-t-il pas le combat de l’individu contre la société ?
Montesquieu disait que toute société a ses principes fondateurs. Ceux-ci ont des conséquences qui les renforcent.  

Les Vikings et le capitalisme


L’Organisation pirate pose la question : la piraterie serait-elle à l’origine du capitalisme ? Cette idée m’était venue en lisant l’histoire de la City. Les Vikings de Régis Boyer m’y avaient aussi fait penser. Et c’est ce que dit le film Capitaine Blood, que j’avais peut-être vu à tort comme une simple allégorie de la confrontation entre les USA et la vieille Angleterre. En outre, j’ai l’impression que la Chine a été victime d’une sorte de parasitisme qui l’a vidée de sa substance. Piraterie, à nouveau ?
Et si c’était les Vikings qui avaient fait le capitalisme ? Après tout, venus de Normandie ou de leurs pays d’origine, ils ont fourni sa classe dirigeante à l’Angleterre. Et si, contrairement à ce qu’ils pouvaient faire chez eux, l’organisation pirate s’était maintenue par exploitation d’une masse de natifs ? (C’est d’ailleurs une idée qui revient régulièrement en Angleterre.)

Mais, L’Organisation pirate dit plus que cela. Le capitalisme s’est construit par une dialectique Etat - monopole / piraterie. Or, il se trouve que la forme start up, que Mintzberg appelle adhocratie, est démocratique, voire libertaire. Elle est suivie d’une phase bureaucratique, taylorienne, d’exploitation d’un monopole, qui finit par la paralysie et la destruction aux mains de start up innovantes. Piratage de l’intérieur, par le management de l’entreprise ?
Et si les Vikings anglais avaient combiné démocratie, en ce qui les concernait, et l’absolutisme peut-être trouvé en France, comme moyens d’exploitation du monde ? 

samedi 15 décembre 2012

Les années d'Annie Ernaux

Le hasard a fait que j’ai entendu quelques extraits Des années d’Annie Ernaux, par France Culture. C’est pourtant une jolie chose que de savoir écrire ce que l’on pense ai-je envie de dire avec Madame de Sévigné.
Le texte est lu comme une profonde réflexion sur une époque, et les combats de la condition féminine. Alors que, mais est-ce un problème d’échantillonnage ?, elle semble essentiellement préoccupée de relations sexuelles. Fut-ce la grande affaire de sa génération ?
C’est le contraste avec mon père qui m’a frappé. Il avait perdu son père et trois frères et sœurs de la tuberculose, avait eu un frère déporté, avait crevé de faim et de froid pendant la guerre, travaillé dur toute son existence, et pour pas grand chose, et pourtant je ne l’ai jamais entendu se plaindre. Il était même heureux de la transformation qu’avait connue le monde de son vivant. Il aimait le progrès.
Le confort matériel aurait-il fait de nous de malheureux égoïstes ? 

vendredi 14 décembre 2012

L'organisation pirate

DURAND, Rodolphe, VERGNE, Jean-Philippe, L’organisation pirate, Le bord de l’eau, 2010.

Le principe du capitalisme serait la normalisation et l’échange. La normalisation permet l’échange. L’Etat est nécessaire à la normalisation. Progressivement, il conquiert les « zones grises ». Hier les continents, aujourd’hui le vivant (qu’il brevète). Et il le fait grâce à des entreprises monopolistes, Compagnie des Indes (et autres Google). En réaction, surgissent des pirates, coureurs de mers, ou d'Internet. Par contraste avec les monopoles bureaucratiques, ce sont des démocraties idéales. Une fois le nouveau territoire conquis, le libre échange s’y installe.

Qu’est-ce qui pourrait mettre un terme à ce processus ? Les institutions transnationales qui contrôlent les Etats, le succès des pirates modernes, qui s’en prennent au génome humain. 

jeudi 13 décembre 2012

La perfide Albion se tire dans les pieds ?

L’Angleterre va-t-elle quitter l’Europe ? The Economist pense qu’elle n’y a pas intérêt. Curieusement, l’article montre que l’Angleterre a déjà obtenu un grand nombre des dérogations qu’elle a demandées. Notamment elle n’est pas liée par les limites d’heures concernant le travail (« les employés peuvent choisir de ne pas appliquer la semaine de 48h »). Et si ses agriculteurs, libérés de Bruxelles, se retournaient contre leur gouvernement ? Et si l’Angleterre avait pigeonné le reste de l’Europe ? Et si elle avait poussé trop loin une stratégie qui lui a si bien réussi ? me suis-je demandé. J’apprends aussi qu’elle est la taupe de pays qui veulent rester aux limites de l’UE (Norvège, Suisse). Si elle la quitte devront-ils y entrer ?
La situation britannique n’est pas brillante, par ailleurs. La stabilité du chômage masque la transformation de la nature de l’emploi créé « plus de gens travaillent moins d’heures ». Le gouvernement a tapé sur les riches et les pauvres et protégé les moyens. Comme ailleurs, la société se divise en deux : les « gagnants » qui bloquent le changement, et les perdants qui le sont de plus en plus. Seul espoir : le reste du monde va bien finir par repartir !
Plusieurs scandales ont précipité des journalistes au cachot. La presse anglaise va être réformée. Il s’agirait, si je comprends bien, de donner aux pauvres les droits qu’ont les riches de saisir les tribunaux.

La stratégie de Mme Merkel ? Rouler dans le brouillard. C'est-à-dire aller si lentement que l’on est capable de s’arrêter dès qu’un obstacle apparaît. Par ailleurs, les europhiles commenceraient à avoir ses faveurs. M.Monti a redressé les affaires de l’Etat italien. On découvre maintenant que le problème de l'Italie n’est pas là. « Ses plus grosses défaillances sont un faible taux d’emploi, une productivité en baisse et un manque de compétitivité par rapport à l’Allemagne. » M.Montebourg permettrait à M.Hollande de donner le change à son aile gauche.

Croissance brésilienne faiblarde. The Economist en veut à la présidente du pays, amie de l’Etat, et non du marché. Quant au Mexique, on y assassine les maires.
En Egypte, M.Morsi va installer une dictature islamique, avec l’assentiment populaire, qui veut le calme.

Quelques journaux semblent être parvenus à maîtriser Internet. Ils ont rendu payant leur contenu. En revanche, ils ont perdu beaucoup de revenus publicitaires. Internet aurait-il augmenté le prix de l’information ? Partout dans le monde, on essaierait de développer l’enseignement professionnel, dont la faiblesse expliquerait le déséquilibre entre offre et demande d’emplois.

Le réchauffement climatique serait favorable au nord… Conséquences des pressions migratoires qui pourraient en résulter ? Jamais simple à prévoir lorsqu’on laisse faire le changement. En tout cas, un tel réchauffement, au 13ème siècle, aurait fait pousser l’herbe sous les pieds des chevaux de Gengis Kahn. D’où ses conquêtes.
Après des années de libéralisme où il fallait travailler frénétiquement, la méditation a de plus en plus le vent en poupe. Elle générerait des émotions positives qui agiraient sur le nerf vagal, qui lui-même produirait des effets corrélés à une bonne santé. Mais tout le monde ne serait pas configuré de la même façon. 

Le contrôle budgétaire

BERLAND, Nicolas, Le contrôle budgétaire, La découverte, 2002.

« le budget est (ou devrait être) l’expression comptable et financière des plans d’action retenus pour que les objectifs visés et les moyens disponibles sur le court terme (l’année en général) convergent vers la réalisation des plans opérationnels », il compare « l’état réel du système à son état prévu » (Henri Bouquin)

Le contrôle budgétaire semble arrivé assez tardivement en France. La France fut longtemps paternaliste, le dirigeant contrôlant son organisation au moyen de relations directes. Curieusement, le budget, invention américaine, aurait été conçu comme un outil social. Il s’agissait de réconcilier l'employé avec l'entreprise, d'en faire l'équipier d'un projet commun. Le budget devait le transformer en dirigeant, en lui donnant une sorte de centre de profit. Depuis, le budget a connu de nombreux avatars. Il s’est adapté aux circonstances qu’il a rencontrées.

A l’époque du livre, il semblait critiqué. Je ne suis pas sûr que ce soit encore le cas. Mais le chapitre d'introduction donne peut-être la recette du succès. Et si elle tenait à la définition de « contrôle » ? Quand le contrôle budgétaire est conçu comme un contrôle - flicage de pantins, il échoue ? Quand il est un contrôle - maîtrise de l'organisation, il réussit ? 

mercredi 12 décembre 2012

Siegmund Warburg, don Quichotte anglais?

FERGUSON, Niall, High Financier, Penguin, 2011.
Siegmund Warburg est un mythe en Angleterre. Ses idées ont fait de la City la première place financière au monde, au moment où elle sombrait dans la médiocrité.

Au siècle dernier il existait une forme de banque familiale, juive ou protestante. Les membres de la famille la gèrent ensemble et utilisent pour leurs affaires internationales des parents installés à l’étranger. Les Warburg de Hamburg sont une sorte de dynastie financière, des vassaux des Rothschild.
Siegmund Warburg est un parent pauvre. L’entreprise familiale lui fournit un emploi. Mais la montée du nazisme va changer sa destinée. Après avoir pensé qu’Hitler apporterait un peu de dynamisme et de jeunesse à une Allemagne ankylosée, il doit partir. Il choisit l’Angleterre par défaut. Il y fonde une banque et s’associe avec d’autres Juifs qui ont connu son sort. Les débuts sont difficiles. Le terrain étant fort occupé.

Il semble avoir pensé qu’un Juif devait le meilleur de lui-même à la nation qui l’accueillait. Ainsi, il a voulu changer l’Angleterre. (La trouvait-il paresseuse et décadente ?) Selon lui, son avenir était européen. Il aurait aimé, au moins, régénérer ses entreprises en les fusionnant avec des multinationales allemandes. A défaut, il a été à l’origine d’une finance européenne : les Eurobonds, obligations en devises étrangères. Ce sont elles, qui, en peu d’années, vont faire de la City la première place financière mondiale. Il déclenche aussi un vague de fusions acquisitions. Elle concentre l’industrie anglaise, et la met en partie sous la coupe de l’étranger. Il désirait lui donner du sang neuf. Ce sera un échec. Il faudra attendre Mme Thatcher pour sortir le pays de sa torpeur.

Tous ces exploits lui ont peu rapporté. Il n’était d’ailleurs pas intéressé par l’argent. Il voyait la finance comme un art. Il aurait aimé créer une petite banque d’un très haut savoir-faire, et d’une grande éthique, qui durerait. Mais elle ne lui a pas survécu. Elle a été victime de la transformation de la finance mondiale. Finance globalisée dont il a été le pionnier, et dans laquelle son héritage et ses valeurs ont sombré. 

mardi 11 décembre 2012

Confucius et le libéralisme

Confucius aurait aimé travailler à la définition des mots, paraît-il. Il semblait penser qu’elle déterminait la bonne santé du monde. Je me demande s’il ne voulait pas dire que les mots ne sont pas neutres, ils sous entendent comment réaliser ce qu’ils désignent. Un exemple :

Que veut dire libéralisme ? Il semblerait qu’il y ait une définition française et une définition anglo-saxonne. Sur le fond, il y a accord. Il s’agit de la liberté de l’homme. Mais libéralisme n’est pas que cela.

Pour des gens comme Montesquieu, Rousseau et Pierre Manent, être libre c’est ne pas se faire asservir. La liberté résulte d’un « équilibre des forces », dit Rousseau. Mais n’est-ce pas l’image même de la France ? France dont les dysfonctionnements garantissent notre liberté ?

Madame Thatcher, elle, répond que la société n’existe pas. L’Anglo-saxon est libre, parce qu’il n’y a rien au dessus de lui. Et, effectivement, la haute société anglo-saxonne est libre, depuis l’âge des ténèbres.

Chaque définition est donc lourde de conséquences. L’Anglo-saxon ne veut pas de société, il la détruit en divisant pour régner. Le Français sait la fatalité de la société. Alors il la veut dysfonctionnelle. Il la paralyse.

Cependant, ce n’est pas pour autant qu’il ne peut pas y avoir de passerelles entre nous. Selon France Culture, la pensée libérale anglo-saxonne, follement anarchiste, aurait séduit Michel Foucault. 

L’Education nationale aux mains des neocons ?

Un professeur d’université me dit que « les élèves ne savent rien ». Il a réinstallé l’examen.
Il ne fait que parler de soi. Avec beaucoup de complaisance. Entre deux coups de fil. Car il a beaucoup de mal avec la garde des ses enfants. Curieux une telle désorganisation chez quelqu’un qui est supposé enseigner les sciences de l’entreprise. D’ailleurs, il ne s’intéresse pas du tout à moi. Pourtant, je passe d’entreprise en entreprise. Ce qui arrive à peu de gens. Peut-être ai-je une expérience intéressante ? Au fait, et son expérience de l’entreprise, à lui ? Il a travaillé pour la réforme de la Police. Il en est très fier.
Il n’est pas le seul dans son cas. Le hasard fait que j’ai rencontré plusieurs grandes écoles ces derniers temps. Le scénario est identique partout. Que des gens qui parlent d’entreprise sans jamais l’avoir vue. Et qui sont obsédés de classement.
Au fond, ils ont un point commun. Comme Alain Finkielkraut, ils veulent imposer au présent un modèle, fantasmé, issu du passé. Comme lui ils méprisent l’élève, supposé ne rien savoir. 

lundi 10 décembre 2012

Le déni français

PEDDER, Sophie, Le déni français : les derniers enfants gâtés de l’Erope, JC.Lattès, 2012. La correspondante de The Economist, que nous irritons visiblement beaucoup, juge notre pays.

Le plus gros poste du budget de notre Etat est le service de la dette. A tâche égale, il y a deux fois plus de fonctionnaires chez nous qu’ailleurs, les collectivités régionales se font bâtir des édifices somptueux, la législation supposée protéger l’emploi le détruit, et, bien pire, crée une classe grandissante de travailleurs précaires… Le véritable héros de ce livre est la Cour des comptes, qui lui fournit la plupart de ses chiffres les plus frappants.

Avons-nous un Etat clientéliste, qui achèterait la prospérité par l’endettement, et la création d’emplois artificiels notamment dans l’administration ? Ce que montre ce livre est que ce n'est pas notre système social qui est en cause, mais son inefficacité. Et si, paradoxalement, c'était cette inefficacité qui avait été le moteur de notre développement ? Et s'il s'était nourri de l'anéantissement de notre tissu productif ? Et si c'était pour cela que la France ne peut pas redémarrer : elle n'a plus les moyens nécessaires ? C'est formidablement inquiétant : serions nous échec et mat ?

Pour l'auteur, c'est le Français qui est la cause du problème. Il est paresseux. D’où vient cette législation qui punit l’entreprise ? Par exemple en ce qui concerne le stress au travail ? Et cet absentéisme colossal, notamment dans les services hospitaliers, en particulier les lundis et vendredis ? Il ne manque pas de Français pour critiquer complaisamment leur nation. Comme ce fabriquant, qui a quasiment délocalisé toute sa production de parapluies fabriqués avec amour en France artisanale, sauf une petite usine, et qui se plaint de ne pas pouvoir faire travailler ses ouvriers le vendredi après-midi. (Pas question d’embaucher, bien sûr.)

Quant aux solutions, elles sont inattendues. L’Angleterre, qui s’enfonce dans une rigueur éternelle ; l’Allemagne, qui après avoir raté la fusion est – ouest, et créé une crise européenne, a trouvé intelligent de regagner un avantage concurrentiel en démontant son système de protection sociale, ce qui nous force à faire de même ; la Suède, enfin, qui a sa propre monnaie, et dont on n’est pas sûr qu’elle ne doive pas sa relative bonne santé à quelque phénomène de parasitisme.

Étrange que l’auteur ne se soit pas interrogée sur un management qui laisse des employés prendre des congés de maladie injustifiés, et sur les conditions de travail de leurs collègues. Désorganisation ? Il aurait découvert que tout ce que nous faisons a une raison respectable, même si elle n’est pas glorieuse. Certes, notre système a déraillé. Mais ce n’est pas en lui appliquant un libéralisme à l’emporte pièce, qui n’a même pas fait ses preuves ailleurs, qu’on le sauvera. 

dimanche 9 décembre 2012

Apprenons à aimer le changement

Je me suis intéressé au changement, parce que je ne l’aime pas. Je l’ai vécu comme imposé et néfaste. Car les changements de ces dernières décennies sont à l’image de la haute société anglaise. Elle vit dans les châteaux de ses ancêtres, mais trouve naturel de bousiller l’existence du petit peuple, afin qu’il obéisse à son bon plaisir.
Mais, il y a une autre forme de changement. La société et la nature se transforment. Il est impossible de s’y opposer. Les (néo)conservateurs (qui veulent que le changement continue à s’appliquer aux autres) et les fondamentalistes ne peuvent qu’échouer.
En fait, ce changement peut être orienté dans un sens qui nous est favorable. C’est cela l’art de la conduite du changement. Ou de bien se conduire dans le changement ?

samedi 8 décembre 2012

Finkielkraut contre Serres, le match

Quelle surprise ! Moi qui prenais Michel Serres pour un gentil grand père pour qui tout était bien dans le meilleur des mondes ! J’ai découvert un fauve, redoutable.

J’ai ouvert ma radio au milieu d’une interview qu’Alain Finkielkraut faisait de lui. Michel Serres en ours bonhomme, donnait de petites tapes à Alain Finkielkraut, qui l’envoyaient s’aplatir sur le mur du studio. Un seul exemple et toute une argumentation était démontée. Et à chaque fois avec ses armes. Et avec le plus grand des calmes amicaux.

Quelle leçon ! Art extraordinaire de la rhétorique. Michel Serres retourne les preuves d’Alain Finkielkraut contre sa démonstration : notre culture ne nous dit pas qu’il faut revenir au passé dont elle est sortie, elle montre l’intérêt du présent ! De l’art, absolu, du débat, honnête et scientifique. Voici la démonstration (attention, souvenir confus) :

Donc, deux conceptions s’affrontent. L’une regrette le passé et méprise le présent. L’autre dit sa confiance dans l’espèce humaine et dans sa capacité à trouver ce qu’il y a de beau dans le progrès technologique.
Premier choc. J’apprends qu’Alain Finkielkraut parle de ce qu’il ne connaît pas. Il n’utilise pas Internet. Il a lu la confirmation de son opinion chez des gens qui la partagent.
Il donne un spectacle abject de l’enfant et d’Internet. Aime-t-il les enfants ? Sait-il que le SMS permet d’échanger des sentiments et que, jadis, on le faisait par lettre, et que le sentiment a besoin d’immédiat ? L’enfant copie sur wikipedia ? Mais, depuis la nuit des temps, la thèse de philosophie n’est qu’une repompée des auteurs du passé ! Quoi de neuf ? L’enfant surfe sur Internet ? Mais seul ce que voit l’œil compte-t-il ? En surfant ne perçoit-on pas une vérité qui échappe au bon sens paysan ? Comme don Quichotte qui transforme une bergère en princesse ? (Éternel débat entre physique et métaphysique ?)
Le maître, qui sait, doit inculquer le passé, la culture, à l’enfant, qui ne sait pas. Mais l’Allemagne d’avant guerre fut le triomphe de la culture ! La culture est-elle une fin en soi ? Et éduquer signifie-t-il inculquer, ou ex ducere, conduire à l’extérieur, décontenancer, apprendre à découvrir ? Le monde d’hier était bâti sur la « présomption d’incompétence » de l’élève. Avec Internet cela n'est plus possible. Il exige du maître qu’il écoute, pour orienter son discours en fonction de ce que sait son élève. Peut-on décontenancer l’autre si l’on ne sait pas comment il pense ? Et cela tombe bien, car l’enseignement est devenu multiculturel, et les cultures n’entendent pas les mêmes choses de la même façon. (Et si Internet nous faisait comprendre que l'autre est différent, et le respecter pour cela ? D’ailleurs, la « présomption d’incompétence » n’est-elle pas une forme de haine de l’autre ? Pour être un bon maître ne faut-il pas aimer son prochain ? Une piste pour la réforme de l’Education nationale ? me suis-je demandé.)

Michel Serres trouve un gentil nom pour Alain Finkielkraut. « Grand papa ronchon ». Réincarnation éternelle du conservateur qui pleure un passé si clair, puisque passé. Aujourd’hui, il n’y a plus que brouhaha, bruit et fureur incompréhensibles ! Socrate se lamentait de l’invention de l’écrit, les docteurs de la Sorbonne de celle de l’imprimerie. Pourtant, chaque étape a fait progresser la pensée, la tête se vidant pour mieux se faire.

J’ai cru sentir qu’Alain Finkielkraut était ébranlé. Peut-être a-t-il compris, « And here's to you, Mrs. Robinson, Jesus loves you more than you will know. » (Copier / coller de wikipedia !) ? Car, sur quoi porte leur opposition ? Sur la nature humaine. Jusqu’à cette rencontre, Alain Finkielkraut croyait qu’elle était mauvaise. Michel Serres lui a montré, non qu’elle était bonne, mais la richesse de sa complexité. En aimant, et en respectant cette richesse, on peut faire des choses formidables.

Enfin une bonne nouvelle au milieu de nos crises ? Même pour les grands papas ronchons ? 

vendredi 7 décembre 2012

France : demain, une République ?

Nous devons construire la République française. Voilà ce que commence à penser ce blog.

Depuis 89, la République est un idéal qui prend gadin sur gadin. D’ailleurs, c’est pour éviter ses instabilités que de Gaulle a remis en fonctionnement le despotisme éclairé qui est notre marque de fabrique depuis l’Ancien Régime. Mais ce modèle n’est pas adapté aux contraintes économiques modernes. La République, aide à l’initiative individuelle, est bien plus efficace.

Pourquoi n’a-t-elle pas fonctionné jusque-là ? Peut-être, comme le pensais Jaurès et les instituteurs, pour une raison de formation. Nous étions trop dissemblables. La République demande des Schtroumpfs.
Mais est-ce encore le cas ? Il y a eu, terme qui me fait horreur, « massification de l’éducation ». Je constate tous les jours ses résultats dans l’entreprise.

Ce qui me paraît manquer encore, c’est une révolution culturelle de cohésion sociale. Nous avons besoin de prendre conscience qu’en ce qui concerne les valeurs qui comptent le plus pour nous, nous sommes étonnamment homogènes. L’ennemi n’est pas à l’intérieur. Il n’est pas même à l’extérieur. Il y a simplement un avenir à construire. Et nous avons besoin de toutes le bonnes volontés pour cela. 

jeudi 6 décembre 2012

Notre société en mots

Les fameux tableaux de mots de Jeanne Bordeau ont maintenant leur film. Ses mots prennent, une fois de plus, et c'est surprenant, une dimension supplémentaire. Mots en 3D ?
Ceux-ci parlent de notre société. C'est très beau. Mais triste.
Changeons le monde, pour apporter un peu de joie à Jeanne Bordeau ?
(PS. La vidéo a disparu.)

Avenir de l’Afrique

L’Afrique est l’avenir de la croissance mondiale dit McKinsey. Malheureusement, sa croissance propre génère peu d’emplois stables et correctement payés. Aujourd’hui, deux tiers des emplois sont de subsistance, et, eu égard à une démographie prise de folie, cette proportion ne fait qu’augmenter. Autre chiffre inquiétant : 1/3 de sa croissance vient des ressources naturelles, dont l’exploitation utilise un pourcent de sa population !

McKinsey recommande aux gouvernements de bâtir des infrastructures et de favoriser le développement d’industries pour lesquelles ils ont un avantage concurrentiel. Parmi ses propositions : construire des grandes surfaces. Cela emploiera des « millions de personnes ». Mais cela n’implique-t-il pas la liquidation du commerce de proximité, qui fait vivre bien plus de monde ? Les conseils de McKinsey sont-ils adaptés à la nature de la société africaine ? De même McKinsey veut cultiver l’Afrique. Mais est-ce une bonne idée de transformer la savane et la forêt africaines en champs ?

Depuis un moment, je me demande si l’histoire du monde n’est pas celle d’un grand changement : l’adoption de tout ou partie de la culture occidentale. N’avons-nous pas défini notre modèle comme le progrès, et les autres formes d’organisation humaine comme « l’abjecte pauvreté » ? Je ne suis pas sûr que l’on puisse faire grand-chose pour arrêter ce mouvement. Par contre, on peut l’orienter. La marche du changement semble avoir été identique partout. Le développement européen, et aujourd’hui asiatique, s’est déroulé en deux phases. Une phase de développement économique tiré par l’intérêt individuel, puis, fortune faite, solidarité nationale avec repli sur soi. Deux conditions nécessaires de succès, apparemment : moteur individualiste et nationalisme.

Alors, quels scénarios pour l’Afrique ? Faute de ces conditions nécessaires, va-t-elle éternellement être une terre de chaos et d’exploitation pour pays développés ? Une gigantesque Somalie ? Constatant son incapacité culturelle au changement, le monde va-t-il la transformer en une réserve pour Indiens d’Amérique ? Autre ? 

mercredi 5 décembre 2012

Attali, la Maginite et l’économie sociale

Pourquoi parle-t-on des 600 personnes de Florange, qui ont un salaire, dont beaucoup sont proches de la retraite et à qui l’on pourrait, de toute manière, payer une reconversion, et pas des 50.000 nouveaux chômeurs mensuels ? disait Jacques Attali, ce matin, à France Culture. Pire, pour conserver ces emplois il est question de centaines de millions d’euros ! On pourrait payer beaucoup de monde avec tout cet argent !
Pourquoi la France s’entête-t-elle a refuser le changement ? Pourquoi ne reconnaît-elle pas que certains métiers disparaissent ? Qu’il faut aider ceux qui les faisaient à trouver un nouvel emploi en leur donnant les moyens d’acquérir la formation nécessaire ? (Flexisécurité.)

Serais-je d’accord avec Jacques Attali ? Si l’automobile, par exemple, est à l’article de la mort, c’est parce qu’elle n’a pas pris les bonnes décisions au bon moment. Si elle l’avait fait, il n’est pas dit qu’elle n’emploierait pas plus de monde aujourd’hui, qu’hier… Maintenant, il est trop tard. Toute résistance est vaine. C’est parce que la France refuse le changement, qu’elle en est victime. Elle est paralysée par le syndrome de la ligne Maginot, ou de l’autruche.

Le noeud du problème est peut-être bien notre conception du rôle de l’Etat. Du despotisme éclairé que décrit Tocqueville, dirigiste, bureaucratique, taylorien, il doit passer à la République, autre nom de l'économie sociale. Autrement dit, il ne doit plus nous imposer une ligne de conduite rigide, mais être le donneur d’aide de l’initiative individuelle.

Je suis à peu près certain que le petit peuple est prêt pour cette grande transformation. C’est dans la tête des grands fauves qui nous gouvernent que doit se faire le changement. Pour la première fois depuis Louis XIV, un gouvernant doit admettre qu’il n’est pas omniscient. Jacques Attali, ingénieur des Mines et inspecteur des finances, sera-t-il l’hirondelle qui fait le printemps ? 

mardi 4 décembre 2012

La société n’existe pas

Peu après avoir écrit sur Nicolas Sarkozy et la police, j’entends dire que Margaret Thatcher a nié l’existence de la société. Quelques siècles de sciences humaines liquidées en une phrase !
Elle s’appuyait sur Hayek. Il semble avoir pensé que : 
Toute considération réaliste des intérêts généraux de la société disparaît avec l’émergence d’une économie mondiale structurée par la division du travail, le libre accès aux marchés et le choix de l’individu. La cohésion d’un système aussi développé repose sur l’auto-ajustement plutôt que sur un ordre social rigide. Et, parce que ses résultats ne peuvent pas être prévus ou suivis, sa moralité est fondée sur l’action plutôt que sur les conséquences.
Dans ce contexte, il ne peut pas y avoir de société qui se donne des règles. Plutôt, un consensus sur des règles émerge à mesure que des individus tentent d’interagir de manière cohérente. Ce processus spontané de règles adaptatives ne doit pas être confondu avec le concept fallacieux de société, duquel les individus peuvent espérer des droits et dont ils doivent servir les fins. (Explication tirée d’ici.)
Hayek avait invraisemblablement tort.
L’individu n’existe pas, ou si peu. L’homme est sculpté par son environnement. C’est la société qui le fabrique. Elle lui donne des règles qui le guident, inconsciemment. Certaines remontent au moyen-âge et peut être plus loin. D’autres nous contraignent même physiquement (cf. infrastructure de transport).  Les faire bouger est la problématique centrale de la conduite du changement. Et elle est extrêmement compliquée. En particulier, lorsque l’on ne sait pas où l’on va, comme en ces temps de crise.
Mais, l’expérience montre aussi que l’avenir est partiellement contrôlable. Contrairement à ce que dit Hayek, il n’y a pas d’excuse à l’irresponsabilité. En effet, de même que l’on contrôle la trajectoire d’un satellite, il est possible de contrôler l’atteinte d’objectifs sociaux. Les radars de M.Sarkozy en font la démonstration. 

lundi 3 décembre 2012

Sciences po infiltré, Mal américain, et indien, et création des espèces


Richard Descoings était en passe de transformer Sciences Po en plaque tournante de l’enseignement international. The Economist regrette que ses successeurs veuillent que l’école retrouve sa mission initiale. Alors, Richard Descoings, mieux que Philby ? Le centre névralgique du modèle français aux mains d'une taupe anglo-saxonne ? De la redoutable efficacité du soft power américain ? Mais, avant de réformer notre école ne serait-il pas judicieux de s'interroger sur le modèle qu'on lui a choisi ? Car  l’Université américaine va mal. Le coût de son enseignement a explosé, sa qualité a baissé, ses élèves, qui pour une part significative sortent sans diplôme, sont surendettés, parfois en faillite (pour plus de 30% d’entre eux, dans le cas de 200 universités). Il va falloir penser au gain de productivité. Cours en ligne, et achat à la carte, un module par ci, un autre par là.

Bataille entre Google, Amazon, Apple et Facebook. Chacun veut entrer sur le terrain de l’autre, et protéger son territoire. En fait, attention au régulateur. Mais toute l’Amérique n’est pas aussi combative. L’inventeur des drones, israélien, juge l’industrie américaine de la défense comme von Braun, en son temps. A savoir, des entreprises incompétentes, parasitées par l’intérêt personnel qui voit l’innovation comme un danger. A ce sujet, l’impression 3D va-t-elle être tuée par la peur de la copie ? Heureusement, les réformes de la santé d’Obama créeraient un appel d’air pour les start ups. (Une politique du durable ne pourrait-elle pas avoir le même effet ? me suis-je demandé.)

La France menace de nationaliser Florange, qui n’est pas rentable. Retour à l’ère Mitterrand ? Plutôt artifice de négociation. En tout cas, les grandes entreprises indiennes, conglomérats gigantesques et hétéroclites, vont mal. En particulier Mittal. Certes, elles ne sont pas poussées par le profit (« notre objectif est la construction d’une nation, l’emploi et l’acquisition de compétences »), mais leur manque de rentabilité ne peut que paralyser leur développement. Elles n’ont donc plus les moyens d’investir en Inde. Ce qui est mauvais pour le  pays.

Le FMI, à contre-emploi, aide le Grec enseveli sous les dettes. La banque d’Angleterre recrute son nouveau directeur dans ses colonies. En Egypte, la situation se tend. D’un côté des islamistes qui se donnent des pouvoirs dictatoriaux, de l’autre une coalition d’opposants bien plus décidés et puissants qu’on ne l’aurait attendu. En Syrie, l’opposition gagne du terrain. « Militairement, il y a eu de grands progrès (…) mais nous appréhendons tous ce qui viendra après ». Mais, qu’ils n’attendent pas de secours de M.Obama. Seule l’Amérique l’intéresse.

Comment recruter un dirigeant ? « Éviter les gens de l’extérieur, si les choses vont bien ». Sinon, le mieux est de recruter un ancien membre de la société qui a réussi ailleurs, ou, à défaut, d’acclimater un extérieur pendant quelques temps avant de lui donner le pouvoir.

Les virus seraient-ils à l’origine des espèces ? Certains d’entre eux s’insèrent dans des parties de l’ADN, négligées par la science jusqu’ici. Elles agiraient sur les caractéristiques de l’individu. 

dimanche 2 décembre 2012

Sciences Po et la formation de nos gouvernants

La France est-elle encore capable de penser ? Il est surprenant que les turpitudes de Sciences Po n’aient pas fait de vagues.

Car Sciences Po forme notre élite gouvernante. Or, quel spectacle leur donne-t-elle ? Un empilage de dettes sans souci du lendemain, un directeur inspecteur des finances, qui bloque tout contrôle démocratique, homosexuel de gauche, marié à une UMP, qui fait entrer en grande fanfare quelques pauvres des banlieues, mais, sans le dire, des wagons de CSP+. (Voir : Une France à l’image de Sciences Po ?, Richard Descoings et le changement à Sciences Po.)

Cynisme et intérêt personnel érigés en fins absolues ? Ne serait-il pas temps que la nation ait son mot à dire sur les valeurs que doivent posséder ceux qui la dirigent ?

samedi 1 décembre 2012

Sarkozy, l’indicateur et la police

Je suis passé à côté de la réforme de la police. Je l’ai traitée à tort comme un exemple de mise en œuvre ridicule du changement. (Voir La réforme de la police ou comment rater un changement pour les nuls.) En fait, elle en dit long sur notre idéologie.

Comment M.Sarkozy a-t-il voulu réformer la police ? Par le « management par objectif ». Le management pas objectif rémunère une personne en fonction de sa performance. C’est travailler plus pour gagner plus. C’est surtout l’adaptation à la France du bonus des banquiers et des dirigeants. C’est la conséquence d’une hypothèse : il ne tient qu’à l’homme de faire mieux. Et quand tous les hommes font mieux, la prospérité est générale. C’est l’expression même du libéralisme.

Cette idée ré émerge régulièrement. Par exemple, à la suite de Taylor, l’industrie occidentale a cru que la production optimale consistait à faire fonctionner ses machines à plein régime. Or, une chaîne de production est conditionnée par son maillon le plus faible. Si vous cherchez à produire plus qu’il ne peut le faire, vous accumulez des stocks intermédiaires. C’est ce que les Japonais ont compris, il y a au moins 40 ans. Ce qui leur a donné un avantage qui a failli rayer de la carte nos industries. Pour survivre elles ont dû leur emprunter le « juste à temps ». (Sur cette problématique voir : The Goal d’Eliyahu M. Goldratt.)
Car ce que Sarkozy, Taylor et les libéraux n’ont pas saisi, c’est que le monde n’est pas fait d’individus isolés, il y a, en plus d’eux, quelque chose qui s’appelle la « société ».

Pour relier Nanterre à chez moi, je dois passer par la route et ses embouteillages, ou par les voies de la RATP. C’est eux qui déterminent mon heure d’arrivée, pas moi. Autrement dit, la performance individuelle est conditionnée par celle de la société. Si vous voulez réduire mon temps de parcours, vous devez modifier l’organisation de la société. Ce qui est l’exacte définition du changement.
C’est pour ne pas avoir compris cela que M.Sarkozy fut un « Jacques Chirac en sueur ». Zéro résultat, en dépit d’une agitation frénétique.

Mais, le management par objectif n’est pas seulement bête, il est surtout dangereux. L’exemple de la police le montre (cf. référence ci-dessus). Pour atteindre les objectifs dont elle n’avait pas les moyens elle a dû tricher. C’est probablement ce qui est arrivé à notre société : elle nous a donné l’illusion de la croissance, alors qu’elle ne faisait que brûler notre héritage. 

vendredi 30 novembre 2012

Le paradoxe du paradoxe

Je fais faire à mes élèves l’exercice du paradoxe. Le paradoxe est le principe de ce blog et des méthodes d’investigation des sciences humaines. Le paradoxe, c’est trouver que l’autre est bizarre, et expliquer cette bizarrerie par une logique qui n’est pas la nôtre.
Mes étudiants me répondent qu’il est important, aussi, de « défendre son point de vue ».

Ce qui me surprend (paradoxe !). Car cela n’a rien à voir avec ce que je dis. Pour moi, comprendre l'autre ne menace pas notre point de vue.
En fait, comprendre l’autre permet de se comprendre soi. L’exercice du paradoxe est avant tout un exercice sur soi. Quels sont les a priori qui sous-tendent mon « point de vue » ? qui font que l’autre me paraît étrange ?
Non seulement l’autre n’est pas une menace, mais il est une chance. Parce qu’il est différent de moi, à deux nous pouvons faire ce que je ne pouvais pas faire seul. Mieux, il peut me décharger de ce que je n’aime pas faire, et me permettre de passer bien plus de temps à faire ce que j’aime ! Le boulanger aime faire du pain, et moi j’aime le manger. C’est le principe même d’organisation de la société.

Maintenant que j’ai expliqué ma logique, quelle est celle de mes élèves ? Pourquoi estiment-ils que comprendre l’autre menace ce qu’ils sont ? Est-ce la peur du « relativisme », dont on parle tant dans certains milieux ?
D’ailleurs, s’il y a relativisme, est-ce du fait de différences fondamentales ? Ou parce que notre « point de vue » porte bien son nom : il traduit l’angle sous lequel nous regardons le monde ? Chacun voit midi à sa porte dit mon cours. (Et aussi l'ethnologie.)

jeudi 29 novembre 2012

MAP = RGPP ?

N.Sarkozy a voulu réformer l’administration. Elle en a été traumatisée. F.Hollande repart à l’assaut du Mammouth. Mais on ne parle plus de RGPP, mais de MAP. Le fonctionnaire et la nation s'en porteront-ils mieux ?

Pour une fois, le gouvernement paraît proche de mes idées. Alors que M.Sarkozy semble avoir voulu passer en force, mais sans s’attaquer aux bastions les plus sauvagement défendus, M.Hollande désirerait écouter le petit peuple, accompagner le changement, et ratisser large (collectivités locales et organismes sociaux).
Mais a-t-il les troupes pour cela ? Le haut fonctionnaire me semble concevoir le changement comme une manœuvre tellement subtile qu’elle met l’adversaire (nous) échec et mat. Il est ruiné, avant même d'avoir pu réagir. Pour le reste, la moindre résistance le fait fuir. Or, vues l’importance des économies à faire et la puissance des lobbys internes à l’administration, cela risque de chauffer.
A l'assaut.

Ilva, plus grande aciérie d'Europe et métaphore du capitalisme

On s’inquiète pour une aciérie italienne. Elle a été fermée, parce que ses fumées causent le cancer. Mais elle pourrait rouvrir, parce qu’il n’y a pas de travail dans les environs.
Métaphore du capitalisme de ces dernières décennies ? C’est le non respect des droits de l’homme qui fait la compétitivité des entreprises ? Mais elles sont intouchables parce qu’elles ont pris le travailleur en otage ? Plus le capitalisme détruit d’emplois, moins il est attaquable ?
Vive Arnaud Montebourg et ses nationalisations ? Mais l’Etat en a-t-il les moyens ? N’a-t-il pas, lui aussi, était pris dans le tourbillon général ?